Santé des hommes


Nous savons depuis longtemps que la santé des hommes est moins bonne que celle des femmes. 
La majorité du temps, on leur attribut la responsabilité de ce résultat.  Ce n'est pas clair.  Après plusieurs années de consultation auprès des hommes, il semble y avoir une influence importante des stresseurs suivants sur leur santé physique et leur santé mentale:

Le manque de temps pour s'occuper d'eux-même,
Le surinvestissement forcé à leur travail,
La non reconnaissance de leur rôle parental, de façon égalitaire.
Les conditions particulièrement dures dans certains milieux masculins,
Les problèmes familiaux incluant les violences qu'ils subissent et qui sont minimisées ou simplement niées (Physique, Psychique, Sexuelle, Économique...),
Les protocoles d'interventions ainsi que plusieurs enjeux sociaux où ils sont systématiquement défavorisés 
Le manque de soutien social,
...

Il est trop fréquent de récupérer les hommes en crise psychosociale sévère, ou avec des problèmes de santé qui auraient pu être évités ou amoindris.  De plus en plus d'efforts sont faits par divers acteurs gouvernementaux et sociaux afin d'améliorer leurs conditions de vie mais le travail ne fait que commencer...  Cependant, ces changements ne se feront pas sans grogne de la part d'organismes peu réceptifs à la santé et au bien être des hommes.
-Le gouvernement du Québec propose un plan d'action pour tenter de redresser la situation générale des hommes.

-Regroupement pour la valorisation de la paternité:  Pour une vision plus égalitaire des hommes dans leur rôle de père.
-ANCQ:   L'Association des Nouvelles Conjointes et Nouveaux Conjoints du Québec, offre un support dans les cas de séparation avec ou sans enfants, avec une valeur d'’égalité de droit et de fait entre les hommes et les femmes ainsi qu’entre les pères et les mères.
-La Maison Oxygène - vers l'autonomie est une ressource d'hébergement pour les papas et leurs enfants lors de situations psychosociales difficiles.  Il s'agit d'un refuge pour toute la famille.

-Autonhommie:  Propose plusieurs services pour les hommes comme les programmes suivants:  Gestion des situations difficiles, Père pour toujours, Gestion des émotions, Hommes en rupture conjugale, Maître de soi, Hommes victimes d'agressions sexuelles durant leur enfance... 
-RPSBEH:   Le Regroupement pour la Santé et le Bien-Être des Hommes.  Il a pour mission de regrouper des organismes communautaires à but non lucratif intervenant en Santé et bien-être des hommes afin de favoriser la mise sur pied, le financement et la qualité des services pour le mieux-être des hommes et de l’ensemble de la population
-Hommes Québec:   Pour du soutien général au masculin.  Cet organisme diffuse une émission hebdomadaire sur la santé des hommes:  "Aujourd'hui les Hommes"  qui aborde une foule de thématique en lien avec la masculinité via les ondes de CKIA-FM


-ROHIM: Pour le soutien dans la région de Montréal
-Partage au masculin:  Pour le soutien en Chaudière-Appalaches

-Demi-lune:  Demi-Lune est un centre de nuit qui a pour objectif de briser l'isolement social des personnes souffrant d'insomnie et ayant ou étant susceptible d'avoir une problématique de santé mentale, qui ont 18 ans et plus, demeurant à Québec et ses environs.
-La boussole:  Pour aide à se retrouver soi-même et fonctionner lorsqu'un proche, tel une conjointe ou un conjoint, est atteint d'une maladie mentale.

-Le centre de crise de Québec:   Lorsqu'on n'en peut plus et qu'on a besoin de support.
-Le centre de prévention du suicide  Lorsque rien ne va plus et que les idées noires s'introduisent dans le quotidien.

Voici quelques points litigieux qui sont les moteurs de beaucoup de tensions, de problèmes de santé mentale et de problèmes de santé physiques rencontrés au fil des années à la CMGP.  Une approche égalitaire et sans jugement y est donc favorisée.

  • La famille est un milieu inégalitaire envers les hommes
  • Le rôle du père n'est pas aussi valorisé que celui de la mère même si les hommes méritent d'avoir tout l'espace parental qui leur faut pour s'impliquer auprès de leurs enfants.  Malgré cette évidence, plusieurs situations déplorables sont tolérées et viennent déstabiliser les hommes dans leurs cheminements de vie.  Des principes à peine voilés de supériorité de la mère et de domination positive sont encore ancrés dans notre culture et dans l'esprit de plusieurs intervenants.  
  • Il n'est pas rare que les pères soient diminués et relégués à un rôle d'assistant parental, prêtant flanc à toutes sortes d'abus, d'acte d'intimidation, de domination et divers types de violences familiales qui ne sont pas reconnus avec les définitions actuelles.
  • Peu de modèles de rôle sont présents afin de leur expliquer les soins à apporter à leurs enfants et l'importance de favoriser l'attachement envers les bébés dès les premiers mois de vie (Entre autres par le contact peau à peau et les cours de paternité). 
  • Ils sont nettement défavorisés au niveau familial mais aussi au niveau social par le manque de possibilité de s'absenter du travail pour s'occuper de leur famille.  Les programmes de conciliation travail-famille en milieu masculin ne sont pas suffisants.
  • Les hommes subissent régulièrement le reproche qu'ils ont choisi de ne pas s'investir auprès de leurs enfants, préférant leurs carrières, alors que plusieurs n'en ont simplement pas la possibilité.  Puisque les femmes n'investissent pas encore suffisamment leurs rôles de pourvoyeures et de moteurs économiques, les hommes demeurent encore avec cette charge sur leurs épaules.  Un meilleur partage de toutes les fonctions parentales est souhaitable.
  • Il y a plusieurs plaintes de pères concernant l'attitude et les interventions envers eux lors de la naissance ou le suivi de leurs enfants.  Les effets démoralisants de ces interventions sur leur implication parentale sont nuisibles à leur développement ainsi qu'à celui de leurs enfants.
  • La longueur du congé de paternité est dérisoire.  Des pays comme l'Espagne et la Norvège ont évolués vers un congé de paternité similaire à celui de la femme pour éviter que l'éducation des enfants soit intimement liée à la présence de la mère.  Il s'agit d'un pas vers l'égalité homme-femme réelle.
  • Du point de vue légal, l'intérêt supérieur de l'enfant a malheureusement été fusionné avec celui des femmes. 
  • Le monde du travail peut être particulièrement cruel envers les hommes.
Plusieurs métiers ont peu de tolérance envers la conciliation travail-famille au masculin et les décideurs ne font que peu d'action en ce sens.  Une meilleure inclusion et responsabilisation des femmes face à ces métiers serait la solution afin d'assouplir les moeurs?
Les charges de travail sont souvent très imposantes et limitent leur possibilité pour s'investir auprès de leur famille, des loisirs, du sport, ....  Une meilleure responsabilisation des femmes face à leurs obligations de pourvoyeures et de moteurs économiques est une avenue intéressante pour diminuer la charge de travail des hommes et hausser leur capacité à occuper leurs rôles parentaux et d'aidants naturels.

  • La violence conjugale:
Les définitions concernant les phénomènes de violences conjugales, et de violence familiale, ainsi que certains sujets concernant la sexualité ont été dominés par certains groupes partageant habituellement une vision sexiste et infériorisante des hommes 
Or, au fil des années, le principe de domination des femmes par les hommes ne semble pas être présent dans une grande quantité de cas de violence conjugale (Concept de violence conjugale genrée) et une révision des fondements de certaines approches en relation d'aide, principalement celles basées sur une vision féministe, semble être nécessaire. 
De plus, le manque d'amélioration significative des statistiques concernant la violence conjugale malgré certaines thérapies et politiques, doit remettre en question le fondement même des définitions actuelles pour inclure la violence comme faisant partie plus largement d'une relation problématique entre les membres d'un couple et non pas la violence des hommes envers les femmes.  
Minimiser les agressions des hommes envers les femmes n'est pas acceptable.  Minimiser les agressions des femmes envers les hommes ne l'est pas plus.  Pourtant, c'est le lot quotidien de plusieurs hommes traités à la CMGP.        

  • La gestion des conflits:
La gestion des tensions entre les personnes doit laisser une place aussi large pour les hommes que pour les femmes de faire des reproches à l'autre, sans peur de se faire agresser ou taxer de violence. 
Il faut accepter et changer ce qui nous appartient de corriger mais laisser à l'autre ce qui lui revient d'améliorer.
Le droit de d'aborder des choses désagréables mais nécessaires, est également un droit pour les hommes autant que pour les femmes. Militer ou manoeuvrer contre cela revient à vouloir museler et contrôler l'autre et est un acte de violence.
La gestion des émotions demeure une responsabilité 100% personnelle, autant pour les hommes que les femmes. Les réactions violentes, intimidantes, infériorisantes et harcelantes qui sont choisies suite à une contrariété demeurent la responsabilité de chacune et de chacun. 
 

© Copyright Clinique Médicale Dr Guillaume Painchaud